Bigger Spin / EP 004 - Bertrand Soubrier

Bertrand Soubrier est actif sur une planche à roulettes depuis la fin des années quatre-vingt, et n'a jamais cessé de l'être.
 
Il a été roux, Dômeur(,) professionnel, touriste, et beaucoup plus au fil des années.
 
Beber, c'est celui qui gère, pense et fait les cartons de Haze Wheels, le boss de Basement Hill, le papa de Martin.
 

*

 

 

Jérémie est un super-héros de la "board culture" française. Il skate depuis très longtemps, il a fondé Cliché, Link Footwear et Film Trucks. Il est cher Lyonnais. Il vient de relancer le slappy technique - pendant la pause de midi - et il organise le premier contest du genre en septembre.

Gégé (à ne pas confondre avec Mimi) a vendu des polos de rugby de la marque Absurd à Bertrand, début 1990, d'où le message sur le répondeur écouté cinquante fois. Vingt-cinq ans plus tard, ils font la tournée des skateshops pour vendre trucks et roues, et prendre la température du business du skate en France.

 

*

 


Le début.

 

Comme on peut le voir sur cette photo, le jeune Bertrand habite bien dans le quatorzième arrondissement de Paris et en est réduit à se jeter sur les rares spots qu'il y a autour de chez lui. Le ghetto français.

 

*

 


La planche de Claus Grabke (?)

Il semble que Claus ait bien eu une photo en invert dans un magazine français, mais lequel ? Ici, Claus est au Trocadéro, donc potentiellement la première planche de Bertrand qui fait du bank en face de la Tour Eiffel. Le pro a laissé sa planche au skateshop du coin avant de retourner en Allemagne, le magasin a vendu la planche, classique à l'époque.

 

*

 



Le bouquin Go Sport.

Une petite bible qui répertoriait les tricks, les disciplines et pas mal d'histoires. Un très chouette livre édité par Go Sport, avec beaucoup de photos et d'explications, le fameux bank du quinzième, et un très jeune Olivier Saint-Jours qui saute et tire sa planche sur le côté.

*

 


Marco de la Def' en nosebump et en Ghetto Wear, par Tofman.

 

La photo que ceux qui ont moins de trente-huit ans ne peuvent pas connaître. Marco skatait entre la Fontaine des Innocents et La Défense, et était connu pour être un skateur de « Montpar' ». 

Personnage contournable du skate parisien du début 90, il skatait chaque jour, toujours impeccable jusqu'au bout des trucks, à la pointe en termes de tricks, de mode et de style. Il était allé à l'EMB à la grande époque et il a engendré mille histoires abracadabrantesques. Il est aujourd'hui le patron de Elephant Print, et fin connoisseur de musique de rap.

 

*

 


La "Tégé" Real 49ers (1991).

Marco en avait une sous le bras et une autre sous les pieds, et il montait les trottoirs en ollie. Tommy Guerrero et Jim Thiebaud sont à l'origine de la marque. Henry Sanchez a été l'un des premiers pros, avant d'aller chez Blind. Incontournable à l'époque.

 

*

 


La plaque et les sept vis.

Le Matelot Skatepark de Versailles était l'un des rares lieux couverts pour faire du skate autour de Paris. Il y avait une petite bande qui allait en émerger : Toni Brossard, Franck Barattiero, John Martino, Marc Haziza...

Bertrand y a fait ses premières armes, jusqu'au jour où les modules ont eu raison de sa cheville.

(Big up au gérant du park et à sa femme !)

 

*

 



Le Dôme.

"Le Dôme", plus communément le Palais de Tokyo, là où se trouvent le Musée d'Art Moderne, les ledges de Florentin Marfaing, le 3-plat-3, le 3-plat-4, les trois marches et le gros curb. Bertrand y a passé beaucoup de temps, beaucoup, beaucoup. Il venait même en taxi pour y passer encore plus de temps !

Quand il n'était pas sur sa planche à se jeter sur Franck Barattiero, il y avait un petit étalage avec des Marc Johnson Emerica trop petites, des roues, des trucks et des accessoires. Une répétition générale pour la suite.

 

*

 

JB, cher lyonnais lui-aussi, est ami de longue date de Bertrand.

Si vous ne le connaissez pas, ruez-vous sur Youtube pour apprécier son style souple et décontracté.

La quarantaine, insouciant, JB vient de mettre en ligne une vidéo pour Nike, et il a promis de participer à Big Spin avant 2020.

 

*

 


Les vidéos.

 

"Propaganda" de Powell Peralta, "Hokus Pokus" de H-Street, "Children Of The Sun" de New Deal : trois vidéos qui ont compté dans la vie de Bertrand.

Il y en avait une à deux par an qui sortaient à cette époque, c'était toujours un événement. On les achetait à plusieurs, on les copiait, on a pu les louer pour mieux les copier, et quand on l'enclenchait dans le magnétoscope, l'assemblée devenait silencieuse et soucieuse de ce qui allait lui arriver dans la gueule.

 

*

 

 

1992. Dix minutes de skate intense pour environ trois cent francs (quarante-cinq euros), un prix exorbitant pour l'époque, mais une vidéo fondatrice de ce qu'allait devenir le skate de rue. Guy Mariano y a trois tricks qui marqueront à vie. Tim Gavin taquine les curbs de Venice Beach, il a lancé une mode qui sera toujours d'actualité vingt-six ans plus tard : les slappys pour les vieux.

Henry Sanchez. La rumeur veut qu'il soit arrivé en salle de montage avec la liste chronologique des tricks, la musique, quand elle doit commencer, et il voulait que l'on entende « le bruit des briques » de l'EMB, là où il a inventé le skate avec son pote Mike (Carroll).

 

*

 

Avec JB, Malik, Gary, Raphaël et les autres, Julien fait partie des « kids de Lyon », comme on les appelait à l'époque.

Très fort en skate, il a bifurqué sur d'autres chemins, mais reste dans les mémoires comme un très bon skateur.

 

*

 

Jeune prodige de San Francisco, Lavar était consistant, technique et ambidextre.

Il est aussi le frère de Marcus, qui a partagé nombre de sponsors avec JB. Il vous en dira plus quand ce sera son tour de se confier au micro.

 

*

 
« Vos Gueules » SuGaR et prime paru.

Le « Vos Gueules » de Beber, le t-shirt Film, la prime parution, le chèque de trois cent euros.

Quelques années plus tard, il aura la couverture du magazine.

Une bien jolie d'ailleurs.

 

 

 

La marque de roues Tikal a été l'un des premiers sponsors de Bertrand.

Il a un segment dans la vidéo « Guideline ». Au début, il chahute avec Mathieu Levaslot, skateur technique et solide des années 2000.

 

*

 

 

Les différents modèles de planche que Bertrand a eu à son nom. Il est même allé en Chine avec toute l'équipe. Les années folles.

 

*

 


All Access.

Ça a été coupé au montage. Bertrand a skaté pour All Access, skateshops suisses basés à Lausanne et Genève.

Jérémie Daclin (encore lui) en a ouvert un à Lyon. Bertrand était de la partie.

Le shop se trouvait dans la rue au-dessus de Hôtel de Ville, c'était la bonne époque.

 

*

 



Travel Wheels.

En 2007, Bertrand et Wilfried "Tao" Mandereau créent la société Basement Hill, pour vendre des roues Travel.

Ils se séparent quelques temps après ; Bertrand enchaîne avec Haze.

 

*

 

 

La nouvelle marque de roues de Bertrand, effective depuis 2009.

Petite équipe de potes en tant que riders, projets et collaborations, ça fait dix ans que ça dure, et c'est tant mieux.

Récemment, Bertrand a fait une roue à Nicolas Dewasmes, héros local.

 

*

 

 

Le graphiste de Haze et des projets de Basement Hill.

Il aurait été pas mal actif dans la musique, mais aussi dans le graffiti.

Il aime Jim Phillips et les trucs qui dégoulinent ; ça tombe bien, Bertrand aussi.

 

*

 

Deux vidéastes français émérites.

Guillaume Grilladin avait les cheveux gris avant tout le monde, certainement à cause des Jumo.

Ludo Azemar est allé des dizaines de fois en tour avec Antiz, et n'a toujours pas de cheveux blancs.

Bertrand leur a remis la plus haute distinction qui soit : le jeu de roues nominatif. Merci pour eux.

 

*

 

 

Rappeur de New York, proche de la soixantaine, produit en partie par le Français Junkaz Lou, Kool Keith est un personnage haut en couleurs, aux raps aussi débiles qu'ésotériques, aux dizaines d'albums, aux centaines d'alter-ego.

Un type formidable qui se devait de collaborer avec Haze.

 

*

 

Skateur puissant dont Bertrand a su reconnaître le talent avant tout le monde.

Il a gagné un Battle At The Berrics, et s'est plus ou moins fait escroquer par le type de Ricta. 

 

*

 

 

L'invité (beau gosse) de l'épisode 2 de Big Spin, à écouter si vous ne l'avez pas encore fait (même s'il est parti de Haze pour aller chez Spitfire).

Jetez également un oeil à son Bigger Spin, à l'occase !

 

*

 

La part de Mike Carroll dans « Modus Operandi » : c'est le choix de Bertrand, et sa réponse à la question d'Alban.

Il suffit de regarder pour comprendre. C'est Mike Carroll.

 

*

 

 

En guise de bonus, on a demandé un mix de rap français à Bertrand.

Malheureusement, il n'a pas mis dans sa sélection les quelques morceaux qu'il a enregistré, mais ils sortiront bien un jour !

C'est Malik, de Lyon, qui a mixé. Un des « kids », le « Shiloh Greathouse » local, ami de Beber, comparse de JB Gillet depuis le premier jour, et DJ à de maintes occasions et événements.

Il a(vait) le style et les tricks, la modernité au bout des pieds, malheureusement une blessure au genou a eu raison de son talent. Il a habité Paris plusieurs années, et comme le dit Bertrand en riant : « Il devait rester quelques jours dormir chez ma mère, et il est resté un an et demi ! » 

____

Big Spin est à retrouver sur InstagramYoutubeFacebook et Soundcloud !

Live Skateboard MediaLive Skateboard Media

Patientez pour passer l'annonce...
Fermer