Dúvidas

"Dúvidas" est une nouvelle production brésilienne (quand on vous dit que la scène y est hyperactive...) signée Cleverson Maniglia, lui-même basé à Guarulhos près de São Paulo et pote de Murilo Romão, des productions Flanantes que LIVE ne cesse de vous suggérer.

(Puisqu'il est question de São Paulo, profitons-en pour rappeler l'actualité de cette pétition des locaux pour sauver un de leurs spots iconiques !)

Il s'agit ni plus, ni moins d'une full-length pour sa marque Tupode (qui produit surtout de la wear, mais aussi quelques one-off exceptionnels tels que "50-50 Grind", l'eau de toilette pour skateurs, hélas en rupture de stock). Avec des images de Leonardo Fagundes, Marcos Augusto, Lucas Cicolo, Lucas Antônio, Diego Ramos, Diogo Ramos, Cleverson Maniglia lui-même et bien d'autres encore, sur certains spots locaux qui devraient vous être familiers si vous suivez déjà les vidéos Flanantes, mais aussi un paquet d'autres, inédits et toujours plus tordus.


Leo Fagundes, gap to 50-50. Ph.: Lucas Cicolo

Ce qui n'a pas été sans aiguiller notre curiosité, à laquelle Cleverson a eu la patience de répondre :

"Depuis que j'ai commencé le skate en 1998, je n'ai fait que galérer de blessure en blessure. J'ai été opéré plusieurs fois des deux genoux, donc j'ai vraiment atteint mon pic de progression autour de quatorze ans... J'apprenais, j'évoluais beaucoup à l'époque, j'étais à bloc de skate. Et en quelques années, autour de 2002, j'ai commencé à me blesser et j'ai du arrêter le skate de 2004 à 2008. Je suis passé sur le billard plusieurs fois, pour les deux genoux, donc, ce qui m'a complètement déconnecté de mes rêves de poursuivre une carrière alternative quelconque, dans un domaine inconnu qui peut-être me correspondrait. J'ai bossé dans des bureaux, puis en tant que vendeur, quelle arnaque... Je ne pouvais pas marcher, encore moins pousser sur un skateboard, et je me rappelle que ça faisait plaisir à ma mère de me voir loin du skate à l'époque (les mères seront toujours les mères).

"Toutes les fois où j'ai entendu "impossible" dans ma vie sont plus ou moins condensées dans ce projet"

J'ai commencé à descendre dans une spirale assez négative, à force de douter pouvoir reskater un jour ; et le fait de ne pas pouvoir marcher, c'était une vraie agonie. Ca m'a fait pas mal sombrer, mais autour de 2009, finalement, mon état s'est amélioré, j'ai pu remarcher à nouveau et j'en ai profité pour me réorienter sur un chemin plus positif, à considérer ma famille par exemple, ce genre de trucs. Mais j'ai toujours des soucis de genou, les deux enflent dès que je marche trop, je n'ai plus aucun cartilage donc parfois mon genou gauche se déboîte et je dois le remettre en place manuellement, ce dont j'ai tellement l'habitude que ça ne me fait même plus mal.
 

Cleverson Maniglia, no-comply late back foot flip. Ph.: Lucas Cicolo
 
Au final, si je remercie la vie pour une chose, c'est justement pour cette difficulté qui m'a poussé à créer quelque chose, extérioriser une vraie part de moi que je peux transmettre ; toutes les fois où j'ai entendu "impossible" dans ma vie sont plus ou moins condensées dans ce projet. Un projet de positivité pour tout ce que tu aimes faire, destiné à te motiver à poursuivre cette activité toute ta vie. En cas de doute, écoute ce que te dit ton coeur.
 

"Le nom de la marque veut dire "tu peux", c'est une affirmation du pouvoir de la pensée positive"

 
Tupode est né en 2014 dans la ville de Guarulhos, en banlieue proche de São Paulo, et est une petite marque qui produit des vêtements pour la scène skate underground, avec une imagerie axée autour des  hard-tail choppers. Le nom de la marque veut dire "tu peux", c'est une affirmation du pouvoir de la pensée positive et de l'énergie.
 
"Dúvidas" signifie "doutes". Le titre de la vidéo est en lien avec nos pensées, incertitudes, doutes.
 
 
La vidéo a été filmée sur environ un an, et chaque skateur est un pote ; puisqu'on est une petite boîte, tout le monde y officiant a un "vrai" job ailleurs, du coup quand on se réunit, c'est surtout pour les sessions. Bien sûr que j'aimerais bien en vivre, mais le Brésil est en crise en ce moment, beaucoup de shops ferment et le marché local n'est pas à la page des petites marques indépendantes.
 
Et pourtant on redouble d'effort, tout ça par amour pour le skate, qui transcende le fait de sortir des produits et des vidéos, mais on va essayer de continuer ! Dès que je me fais un peu d'argent avec le boulot, ça part dans la production de fringues. Cette première vidéo, c'est une raison et un espoir de plus de persévérer !"Cleverson Maniglia
Live Skateboard MediaLive Skateboard Media

Patientez pour passer l'annonce...
Fermer