james dj davidson

PREMIERE / Jamie Manning "IT'S A SONY" / Jude Harrison / INTERVIEW

Véritablement, cette mise à jour mériterait la mention de 'conseil de D.J.' car, à la base, c'est James "D.J." Davidson (dont LIVE a moult fois représenté les travaux) qui nous a mis en contact avec Jude Harrison, un jeune réalisateur de Kent en Angleterre, en nous signalant la sortie imminente de la nouvelle full-length de Jude, filmée à la VX-1000 : "IT'S A SONY". Un seul premier coup d'oeil au projet a suffi à capter notre attention : il s'agissait bel et bien là du fruit du labeur local d'un auteur passionné par la qualité. Si quelques clips à Londres s'inscrustent au tableau, en général, ni Jude ni ses potes semblent avoir besoin d'environnements métropolitains sophistiqués pour filer la motiv' ; en effet, ils semblent davantage préoccupés par l'utilisation optimale de leur environnement naturel, et s'y impliquent de façon pointue jusque dans les réglages ou mouvements méticuleux de la caméra de Jude. Si, pour une raison quelconque, la vidéo ne suffit pas à vous convaincre de la maturité de son auteur (fort de seulement seize ans), alors ses réponses à nos questions, ci-dessous, finiront sûrement le taf... Pour son premier passage sur LIVE, le choix de Jude s'est porté sur la dernière part de "IT'S A SONY" : celle du tueur et représentant Globe shoes local Jamie Manning - qui se trouve également avoir l'âge de Jude, et s'investir dans son domaine avec un sérieux similaire, de l'autre côté de l'objectif. Bienvenue en deux-mille vingt-et-un, dans "IT'S A SONY" et dans l'univers de la scène de Tunbridge Wells - le tout, d'un coup!

Midpoint

Déjà fort d'un C.V. parsemé d'excellents montages de skate à la Sony VX-1000 tels que "SHMARA", "LOST" ou encore "BOOF", tous à voir et à revoir, l'Anglais James 'D.J.' Davidson rempile en force avec "MIDPOINT", nouvel opus de sa saga personnelle. Cette fois, c'est la ville de Crawley, dans le Sussex de l'Ouest (au Royaume-Uni, donc), qui fait à la fois office de scène et de canevas : lieu de naissance de Robert Smith (et de formation de The Cure), l'endroit a longtemps prospéré, à l'issue de la Seconde Guerre Mondiale, pour finalement sombrer dans une sorte d'impasse culturelle que ledit Robert et D.J. déplorent à l'unisson. C'était sans compter la motiv' générale, cependant, qui a conduit le filmeur et ses potes sur place à maintes reprises lors du confinement - et "MIDPOINT" prouve en sept minutes qu'ils ont finalement réussi à y insuffler de la vie, et à y lire moult spots !

Honnête bouffe

Le filmeur des banlieues de Londres, toujours friand de VX-1000 croustillante, James "D.J." Davidson (déjà auteur de "Shmara" et "Lost") est de retour avec, une fois encore, un clip efficace - réalisé sur cinq jours à l'occasion de ses dernières pérégrinations parisiennes en date - mais aussi plein de choses à raconter. Pas de détresse de chaussettes, ce coup-ci, mais plutôt de caméras défaillantes l'ayant conduit à documenter l'intégralité du séjour sans jamais aucune visibilité, ni possibilité de contrôle sur les réglages de l'image ; pas d'écran, pas de menu. Tout a donc été filmé en aveugle, sur la seule base de la connaissance pratique de la VX de D.J. ; ironiquement, ça ne se voit pas, les souvenirs format Mini-DV sont sains et saufs et l'énergumène a même réussi à obtenir de chouettes couleurs en général.

Son ami Dino Torres était également de la fête et a, lui aussi, documenté le trip dans un style diamétralement opposé, tout en H.D. et davantage proche du style posé ces dernières années par William Strobeck, via les vidéos Supreme. Ca se regarde ici ; ça répond au sobriquet "Honest Work", et l'occasion de comparer les esthétiques est rarement aussi accessible !

"LOST" in London / PREMIERE

LIVE vous a déjà présenté les productions du filmeur du sud de Londres, James 'D.J.' Davidson, par le passé, notamment avec "Shmara" - un clip filmé à Shanghai avec tout un panel de skateurs russes. Le montage était dynamique, punchy, efficace, et la VX-1000 pour laquelle D.J. déclame son amour jusque dans son nom sur Instagram, sciemment manœuvrée.

Cela fait désormais deux ans que D.J. est revenu de Chine ; entretemps, il n'a pas été sans continuer à filmer, et voyager. Cette nouvelle production, "Lost", représente cette période d'accumulation d'images sans réel but, à la documentation fragmentée, tandis que D.J. lui-même se raccroche à l'énergie du skateboard pour frayer son chemin jusqu'à Paris, désespérément à la recherche de nouvelles sensations mais aussi, de chaussettes à Carrefour.

De l'incertitude, peut-être ; un produit final qui détonne, sûrement. Le réalisateur a puisé au fond de lui-même pour cette petite capsule temporelle, et ça se ressent.

Suivez D.J. directement sur YouTube, ici !

Shmara

Des skateurs russes à Shanghai - quoi, qu’est-ce? Et bien, exactement ce que James Davidson - DJ pour les intimes - a passé les six derniers mois à documenter ; des sessions filming venant s’intercaler dans les créneaux de temps libre que lui allouaient alors son travail d’enseignant à Shanghai. A force de voir les spots locaux fracassés par des hordes de Russes, DJ n’a pas su résister à l’appel de la caméra et a tout filmé ! «Ces gars skatent dur, mais personne ne cherche à les mettre en avant», nous explique DJ. «Beaucoup de skateurs russes font régulièrement le déplacement à Shanghai dans le simple but de skater, filmer, voyager. Ce sont de vrais skate rats!». La preuve par neuf (ou par la Shmara, plutôt, dirait-on; on leur fait confiance…), c’est ce montage ultra street, ultra épileptique!

Live Skateboard MediaLive Skateboard Media

Patientez pour passer l'annonce...
Fermer