Bigger Spin / EP 013 - Seb Daurel

L'épopée du podcast Big Spin, c'est reparti pour une deuxième saison avec Sébastien Charlot, Arnaud Dedieu et comme premier invité pour deux mille dix-neuf, l'institution skateboardistique humaine du Sud de la France : Sébastien Daurel. Fort de trente ans de skate, d'une carrière professionnelle de longue date gravitant autour de Powell Peralta, Cliché et Adidas, et d'une candeur qui n'a d'égal que sa curiosité même si rien ne peut rivaliser avec son humour, Seb est désormais G.O. du skatepark du Hangar Darwin à Bordeaux, papa à temps plein et populaire sur Instagram, du fait du Sebdoshow avec Léo Valls. Malgré ce planning ministériel, il a trouvé le temps de tartiner une partie de sa riche histoire non pas sur une tranche de Big Spin, mais deux (l'ultime partie est intégrée en bas de cet article) ; conséquemment, le Bigger Spin revient sur lesdits propos de plus belle, à grand renfort d'images qui bougent ou non, de liens et d'autres illustrations historiques ! 

*

Le Hangar Darwin de Bordeaux

C'est là où Sébastien va bosser chaque jour.

Il gère le skatepark, construit et répare les modules, accueille les jeunes, donne des conseils et y fait de la rampe.

Il organise des soirées déguisées, taille des bavettes et des front blunts avec Tom Penny, et y tourne des scènes du Sebdoshow.

*

La rampe du stade Alfred Danay

Les premiers pas de Seb sur une grande rampe à Bordeaux, après avoir découpé la table de ping-pong.

Elle est mise en place par Jim Lalondrelle, qui se trouve à droite sur la photo.

*
La board Toutânkhamon mamèn' !

Une planche Sims des années quatre-vingt, quand le skate était une contre-culture proposant des objets inaccessibles.

*
"Ushuaia" à la télévision

 

Quand Nicolas Hulot repoussait les limites de l’extrême le samedi soir sur TF1, le skate a eu droit à deux reportages, dont celui-ci, qui date de début quatre-vingt dix.

Nos yeux ébahis découvraient le skate de rue et la scène parisienne, composée à l'époque de Tramber, Rakike, Morgan, Olivier Saint-Jour et bien d'autres...

*
Le skatepark de Blagnac

Ville proche de Toulouse, Blagnac a eu son moment de gloire grâce à l'association Les P'tits Pois Sauteurs, instigatrice de ce skatepark incroyable ayant accueilli pros américains, skate camps, et de nombreuses démonstrations.

*

La Bones Brigade européenne

La marque Powell Peralta a eu très tôt un œil sur le skate européen, et a constitué une équipe avec des skateurs du Vieux Continent.

Après avoir donné une photo à Frank Messmann, le team manager du projet, Sébastien se retrouve dans cette escouade de qualité (aux côtés de Stéphane Larance, décliné en Bigger Spin ici).

*

Alex Moul & Sami Hariti

L'Anglais Alex Moul était une véritable légende vivante dans son pays dans les années quatre-vingt-dix mais n'a pas vraiment percé, malgré un comeback aux États-Unis dans les années 2000.

L'Allemand Sami Harithi n'était pas bien plus âgé, et incroyable sur un skate au point d'avoir une part dans la vidéo Powell "Celebraty Tropical Fish".

Des local heroes, comme on dit.

*

Le Grand-Bornand

Contest spectaculaire au cœur des Alpes de 1989 à 1991 (à peu près), nombreux sont ceux que les parents ont emmenés voir ce déferlement de pros américains et autres européens.

De Bordeaux en R20, la famille Daurel débarque après mille kilomètres pour essuyer une tempête, et voir Lee Ralph pieds nus.

*

Lee Ralph

Skateur de Nouvelle-Zélande mythique, roux, et que l'on retrouve dans les années 2000 grâce à Dustin Dollin.

Il avait la réputation de skater pieds nus, et un documentaire éponyme : "Barefoot: The Lee Ralph Story", existe peut-être.

*

Patrick Bermudez

On l'aperçoit dans cette courte séquence télé avec Gérard Holtz, dans laquelle SÉBASTIEN DAUREL POUSSE EN MONGO.

Ils habitent ensemble à Toulouse, c'est le temps des vaches maigres : ils vendent des stickers pour manger, et ils ont des copines.

Ils skatent place Occitane, avec Jean-Pierre Avezac et Sébastien Cordes. Les vrais savent...

 

*

Cliché

1997. Jérémie Daclin lance la marque de skate Cliché, qui deviendra ce que l'on sait.

Sébastien n'a pas son nom sur la première pub papier dans le magazine SuGaR, mais était là au tout début de cette belle aventure.

*

Adidas, Paulo et les chaussures de Gonz*


* Image non contractuelle, mais c'était dans le genre...

La marque aux trois bandes se lance relativement tôt dans le skate en prenant Mark Gonzales comme unique rider... pour lui sortir le pro model de chaussures le plus horrible de la création.

La politique de la marque est plutôt étrange, et l'analyse de Sébastien sur la grosse boîte ingérable est bien vue.

On verra arriver Paulo Diaz (ci-dessous) et Quim Cardona, un peu plus tard.

*

Mark Gonzales

En 1996, Mark Gonzales débarque à Lyon pour suivre sa copine qui y fait un an d'études.

Un de ses faits d'armes : le grind to wallie nosegrind sur les fameuses barres vertes.

Il venait d'ouvrir de nouvelles perspectives, à nouveau...

*

Sébastien, Bastien Salabanzi et la musique

Au coin d'une rue parisienne, lors du vernissage de l'expo Seb & Nils, Bastien Salabanzi débarque avec sa guitare et c'est parti pour un beau moment de grâce.

*

Marc Haziza

Marc a, lui aussi, dévoué sa vie au skate, et a toujours les deux pieds dedans.

Il a écumé les skateparks de France et de Navarre, et il a eu une mésaventure à San Francisco.

*
Minuit

Projet bordelais nocturne, produit par un mec sympa et (fichtrement bien) réalisé par d'autres mecs sympas.

Il y a de la bonne musique et une incroyable part de Sébastien, dans la rue et dans le bowl de son jardin.

*

@sebdoshow_


 

Léo Valls + David Manaud + Sébastien Daurel = LE SebDo show.

Soit cinquante-neuf secondes potaches avec mise en scène, musique, effets spéciaux et scénario béton.

Bientôt au cinéma... (À voir la compil' sur l'Instagram @bigspinpodcast.)

*

Tom Penny

Il a été deux ans sous le feu des projecteurs, et il devient culte pour les vingt-cinq années suivantes.

Tom Penny est venu en vacances en France chaque année avec sa mère, Belinda, à Périgueux.

Il semblerait que Belinda soit désormais résidente permanente, et peintre.

Par conséquent Tom parle français, fait des bluntslides à Darwin et des rock to nose tap reverse au Bolo bowl.

*

Guy Mariano - "Video Days" (Blind)

Là, on est en 1991 : "Video Days" arrive dans les skateshops, et on découvre un Guy Mariano de quinze ans, qui écrit le skate du futur avec ses potes Mark, Rudy et Jason.

Sébastien retient cette part.

*

BONUS

*

"Diagonal"

Sébastien se retrouve dans la vidéo Adidas, avec un chouette segment constitué de blagues et de skate.

*

La fille, le père

*

Sébastien Daurel est sur Instagram, ici.

*

A bientôt pour plus de Big Spin!

 
*

 

Live Skateboard MediaLive Skateboard Media

Patientez pour passer l'annonce...
Fermer