Trip

"COUCH-VID 19" / Couch Raiders / PREMIERE

LIVE vous a déjà présenté les Couch Raiders il y a peu (via leur vidéo "CONNECTIONS") : crew polonais emmené par un filmeur : Booshek de Half A Brain, aka. Michał Buśko qui réside depuis quelques temps à Manchester et ce, malgré ledit déménagement. Le côté universel du skate l'emportera toujours sur l'arbitraire des frontières géographiques et, cette fois, c'est à Barcelone que tout le monde s'est retrouvé.

Le résultat, couvé par Michał à l'aube de la quarantaine, c'est un "COUCH-VID 19" infectueux de VX-2100 qui grésille et de styles en tout genre - les générations se mélangeant, l'âge des skateurs allant de quinze à quarante-cinq ans.

La bande-son est également faite maison, signée sur mesure Szwed Sed, producteur de renom dans le hip-hop et rap polonais mais également ancien skateur, qui sait donc adapter le rythme de ses productions à celui de chaque protagoniste de la vidéo en plus d'avoir l'oreille qu'il se doit d'avoir.

"C'était il y a quelques mois - avant le virus - que mes amis et moi sommes partis sur un nouveau trip à Barcelone ; c'est notre tradition de s'y retrouver chaque année pour skater et oublier tout ce qui cloche en Angleterre et en Pologne, comme la météo pourrie par exemple.

Tout le monde ou presque n'est pas sans savoir que Barcelone est l'une des meilleures villes pour le skate en Europe, mais cette fois-ci, on a approché l'exploration de la ville d'une manière différente. On s'est concentrés sur les spots qui ne sont pas en centre-ville, et auxquels il faut se rendre en métro.

On a skaté huit jours - pour accumuler beaucoup d'images folles, ça n'est pas énorme. Heureusement, en guise de guides, on était accompagnés de nos potes : Stu et Tommy, qui habitaient Barcelone depuis quelque temps déjà et connaissaient mieux les rues - ça nous a pas mal sauvés !

On a skaté huit jours - pour accumuler beaucoup d'images folles, ça n'est pas énorme. Heureusement, en guise de guides, on était accompagnés de nos potes : Stu et Tommy, qui habitaient Barcelone depuis quelque temps déjà et connaissaient mieux les rues - ça nous a pas mal sauvés !

Stu habite toujours sur place, depuis ; c'est une connexion de Manchester, hope you're good, G!

Ah oui, et ce qui était intéressant sur ce trip, c'était de voir les générations se mélanger, il y en avait au moins quatre !" - Michał Buśko

Calentar

David Soda, de Serbie - LIVE vous l'avait déjà présenté à l'occasion d'un interview au sujet du festival skate de Belgrade, Summit of the Non-Aligned. Aujourd'hui, il revient pour montrer "CALENTAR", un film d'aventure dans lequel les protagonistes (en l'occurrence, le crew PRVNS) se rendent de Belgrade à Barcelone en auto-stop - une histoire vraie qui les a également fait traverser les villes espagnoles de Valence, Murcie, Grenade et Huelva, ainsi que Faro et Lisbonne au Portugal, comme autant de chapitres bels et bien vécus, entre autres.

Ah, oui ; ils font du skate aussi mais ça, vous allez rapidement vous en rendre compte. Ca a été le cas des spectateurs de "CALENTAR" le dernier soir du festival Vladimir 2019 sur les îles Brioni, après tout...

Exclusivement, David raconte :

"L'hiver et son lot de neige arrivait en Serbie ; c'est alors qu'en seulement deux jours, on a décidé du meilleur moyen de l'esquiver.

Les jobs saisonniers, c'était terminé et la région de la péninsule Ibérique était sur le point de se prêter à nos tribulations en stop avant même que son soleil ne le sache.

Les poches pleines de cailloux, les chaussettes de champignons et les têtes d'aspiration à la liberté ; on se trouve là, au beau milieu d'un monde industriel où l'art apparaît comme sur une pente glissante.

Le coeur des grands espaces urbains bat toujours, et nous comptions bien vivre chacun de ses battements.

A la recherche de l'égarement pour finalement ne trouver que le pire, c'est comme si on costumait le miroir de notre représentation de la réalité sur mesure. Des boissons volées, des étoiles nettes, des étrangers familiers et toujours plus d'autoroute qui donne le mal des transports - c'est ce qui vous attend si vous daignez regarder dans le rétroviseur. Bon visionnage !" - David Soda

To Rome with love

Le réalisateur polonais Krzysztof Godek, qui fait la marque de skate Repeat et dont LIVE vous a déjà présenté les travaux par le passé, est de retour avec un montage filmé, cette fois-ci, à Rome, destination peu commune dans l'optique d'un trip de skate (souvent dominée, dans ce cas, par Milan) puisque les revêtements des sols de cette ville sont pour la plupart d'époque. C'est avec les riders du skateshop SH Store de Varsovie que l'aventure s'est déroulée, et le résultat se retrouve désormais sur vos écrans !

En complément, quelques mots de la part de Krzysztof, et une galerie photo signée Jakub Suwiński.

Pristina affair

Généralement, quand les Rios décident d'accoucher d'un nouveau bébé vidéo, pour peu qu'on apprécie le skate de rue, on arrête tout : Bence Bálint est un prodige de la caméra et du montage, formant avec Buta Jani aux illustrations un duo imparable et, avec les locaux de Budapest, un combo qui a déjà maintes fois fait ses preuves. C'est toujours brut, déborde d'une énergie de groupe (souvent communicative) qui leur est propre et en l'occurrence, c'est à Pristina, capitale du Kosovo que se sont rendus nos compères. Sweet Skateboards et Vans les ont aidé, la VX-1000 est pour une fois de rigueur et, pour un long interview (en Anglais) avec le crew sur le site de Magenta, c'est ici que ça se passe.

"The Stack" / Northern Co. in Paris / PREMIERE

Désespérément déterminés à découvrir les saveurs de nouvelles textures, de nouveaux sols, de parmi la meilleure cuisine que le vieux continent a à offrir (des pains au chocolat aux amandes à s'en remplir les poches aux street pizzas si peu chères qu'elles s'inventent un exotisme), et du bonheur que de pousser sans fin au coeur de la Mecque du skate qu'est Saint-Maur-des-Fossés, les pros de chez Northern Co. : Jesse NarvaezJameel Douglas et Tobin Valverde ont pris l'avion - voire deux - jusque Paris, l'été dernier. Et ils ont empilé les clips, entre autres, jusqu'au plafond !

Aujourd'hui, LIVE Skateboard Media vous présente ce montage exclusif de morceaux choisis des sessions...

Le fond du fond

Kirill Korobkov, l'ambassadeur de Russie notamment via Absurd Skateboards lorsqu'il n'est pas entre deux trips et trois expos photo dans des transformateurs électriques, nous a envoyé sa dernière production, au concept pas piqué des hannetons dont il nous narre lui-même l'idée de base :

"Ca fait déjà quelques années qu'on rigole à l'idée que "le skate est un long chemin qui mène au fond", entre nous... Et puis, on a fini par se rendre compte qu'il existait vraiment une ville en Russie qui s'appelait "Fond" ("Dno", par chez nous), et logiquement, on a décidé d'y mener une visite. Dno s'est avérée être un village minuscule. Pour le skate, il était nul mais on a quand même essayé d'en tirer parti. Pour appeler ce qu'on a skaté des "spots", il faut vraiment être au fond du fond." - Kirill Korobkov

Avec du skate de Gosha KonyshevPasha Kuznetsov et Dilip Kharel.

Documenté par Barabaka, avec un peu de Mikas au filming.

Ca suit, dans le fond ?...

Spicy Internship

Les Sudistes d'Unemployed sont de retour et font, une fois encore, mentir leur blase avec la preuve en images qui bougent de leur productivité incessante. En l'occurence, il s'agit d'un trip au Maroc avec Matisse BancNassim LachhabEtienne GrosFlorent TourdreRomain "Romz" PopotBrian Bunting et Pierre Pauselli ; les deux derniers se sont chargés de la réalisation, et tout le monde a skaté avec les locaux. Neuf minutes de H.D. propre, qui défilent vite.

Six pack!

On vous a déjà présenté Loophole, la marque de roues de S.F. pilotée par la crème de la crème locale, par le passé ; si le nom de Zach Chamberlin ne vous dit vraiment rien, par contre, peut-être est-il temps de creuser la question !

Cette fois, toute l'équipe (et quelle équipe, avec même quelques nouvelles têtes) s'est déplacé jusqu'à Seoul, puis Osaka, Tokyo et enfin Kobe, et a ramené une pépite VX-1000 de douze minutes qui vous feront mentalement voyager et même physiquement, au moins jusqu'à votre board - pour sûr.

Sergio Santoro / INTERVIEW / "Original Rocker" / PREMIERE

A propos du phénomène Sergio Santoro ; et bien, sa plus grande force est sûrement qu'il parle de lui-même, puisque le personnage tout comme son style de skate font sensation sur Internet depuis désormais plusieurs années - prouvant ainsi que la passion sincère déborde au-delà des barrières de langage et autres frontières géographiques. Le skate de Sergio est plutôt unique : conséquence logique d'avoir grandi au cours d'une ère sous laquelle information et inspiration sont plus aisément accessibles, qui se résout par un répertoire de tricks et un langage corporel qui renient l'existence des modes. En plus de transcender les courants, ce qui motive Sergio à pousser, c'est l'exploration - vous remarquerez que la notion est exprimée régulièrement dans l'interview ci-après ; en vérité, Sergio est une âme aussi ingénue que curieuse, débordant d'appréciation pour le positif de la vie - une aura qui vous absorbera au premier pousson-sourire.

Tandis qu'effectivement, il marque des points sur Instagram sans trop forcer à un point tel que l'élite économique californienne l'a à de maintes reprises remarqué, et tel que certains de ses propres compatriotes l'apprécient au point de projeter leurs propres attentes sur son personnage, la considération première de Sergio reste focalisée sur le fait de skater tous les jours et d'apprécier chaque seconde de cet état de fait donné. Une pureté d'appréciation dans l'approche qui suffit à faire mentir les préjugés quant aux cyber-personnalités, et à calmer les élans de chauvinisme. Sergio est conscient que ni lui, ni la scène du Brésil en générale n'ont à prouver quoique ce soit à qui que ce soit et demeure concentré, mais aussi sensible. Dans l'échange ci-dessous, nous discutons de comment attirer l'attention sur l'hyperactive scène skate brésilienne et ce, en dépit des barrières de langage avec les pays ne parlant pas le Portugais, mais aussi la variété des styles locaux et internationaux, et bien plus encore.

Le cœur ignore les frontières et qui de plus approprié que Sergio pour représenter le dévouement concret au skateboard par delà n'importe quelle autre pseudo-valeur arbitraire. En espérant que la photosynthèse de son aura opère, LIVE est honoré de vous présenter le tout premier interview de Sergio Santoro pour un média européen, en Français et Anglais, pour une fois !

Tokyo Transfer II

Traffic Skateboards, la marque de longue date du pionnier du street East Coast Ricky Oyola (dont certains d'entre vous recopient sûrement les figures sans même le savoir), s'évertue à faire les choses correctement et ce, depuis le début. Ils ont notamment été parmi les premiers à cultiver une connexion active avec la scène skate au Japon, en sponsorisant Deshi (sa part incroyable dans "Night Prowler" par Katsumi Minami, qui fait désormais Evisenici) et en y réalisant une vidéo de trip légendaire : "Tokyo Transfer", en 2009.

Dix ans plus tard, et quelques mois après la sortie de la full-length Traffic "Look Left" (à l'occasion de laquelle LIVE avait interviewé Joe Yates et Mark Wetzel), l'équipée sauvage remet le couvert avec une nouvelle vidéo de trip à la Mecque des spots parfaits pendant vingt secondes (puis rigoureusement interdits, sous peine de coups de matraque-néon). Le crew a changé au fil des ans, mais pas l'approche.

Une contrée où il est recommandé aux touristes de regarder dans les deux sens avant de traverser, au cas où... D'où le titre "Look Right", et l'article complet avec moult photos est en ligne sur le site de TransWorld Skateboarding.

Et si vous voulez encore plus d'excellent Hiroki Muraoka, vous pouvez toujours revenir sur l'une des meilleures parts de l'année dernière...

Mexican Medium

Medium Skate Mag, souvenez-vous, on vous en avait présenté les fondateurs Will Jivcoff et Joel Watamaniuk à l'occasion des balbutiements de leur entreprise médiatique. Presque deux ans plus tard déjà, si Love Skateboards n'est hélas plus d'actualité, Medium, lui, semble battre son plein, toujours enraciné à Toronto mais occasionnellement voué à s'en extraire, comme en l'occurrence pour "Jungle", un clip signé Joel (toujours féru de VX-1000) filmé à Mexico avec du skate de la part de Daniel Ravenal, Diego Brown, Felipe BartolomeJohnny PurcellScott BalkwillSkylar Kehr et Ty Beall. Ca envoie sur du spot engagé, aussi exotique que cagneux. Pour plus de détails, on vous invite à checker le site de Medium !

Josh Pall / Interview

Si le nom de Josh Pall vous dit quelque chose, ce n’est sans doute pas parce que vous avez vu un type vous raconter qu’il a vu un gonz vomir à la bringue de la veille au soir sur une story ; sans doute pas non plus parce qu’il vient d’ouvrir un colis avec une nouvelle paire de jeans sur snapshat. En effet, Josh est plutôt discret quand il s’agit de se montrer à tort et à travers, pour essayer de vous rendre jaloux.

A l’inverse, sur son skate, notamment dans les productions toujours de qualité de Pass~Port, il est loin de passer inaperçu, quoique bien trop rapide pour analyser sa coupe de cheveux a priori toujours impeccable, cela dit. Oui, Josh skate vite, même très vite, et ce n’est pas le spot rocailleux peu pratique qui l’empêche de pousser une fois de plus, tout en trouvant une idée originale. Bref, avec Josh, à la fin, c’est toujours le beau skate qui gagne.
 
Comme suite au post d'hier comprenant le clip célébrant la sortie d'une nouvelle collection Carhartt x Pass~Port, voici quelques phrases qu'on a pu échanger avec Josh, juste à temps pour le lancement de la collab' à Paris, demain !

Pages

Live Skateboard MediaLive Skateboard Media

Patientez pour passer l'annonce...
Fermer