Exclusif

PREMIERE / Dino Coce "SHAOLIN SPONZOR ME TAPE"

One could argue that not having heard of Dino Coce by now essentially means they fell out of the loop - his independent, conceptual, full-length video "FINTA" unquestionably being one of the most original skate products of the recent years, embracing inspiration from always celebrated, now classics of the genre such as Colin Read's "SPIRIT QUEST" but with a personal twist, borrowing from as far as Michel Gondry's aesthetics, or Takahiro Morita and "OVERGROUND BROADCASTING"'s style of quick cut-based editing, and exporting what's really blending into a unique approach to skateboarding all the way from Croatia with love.

Since the release of "FINTA" (of which you can still - and are being heavily recommended to - get a DVD straight from the man himself, here), Dino has also been experimenting with the format of Instagram skateboarding clips under the moniker Orionskate, on the constant hunt for moves of his own that themselves explore the boundaries between useless wooden toy maneuvers and literal magic tricks. The emphasis on illusion in particular is so certain, one is bound to wonder what really is up with every other seemingly reality-warping clip - not unlike Gou Miyagi's late career output, just picking up from it all the whilst based in a completely different corner of the world.

LIVE has actually interviewed Dino a couple times before: one time to celebrate the release of "FINTA", in the makings for five years, which you can browse over here alongside many of his conceptual sketches and one part from the video; and once more regarding "TABULA RASA", another independent croatian skate film by his compatriot Raul Žgomba in which Dino had a part back in 2019, which you can watch here alongside words from the duo. Speaking of which, it is worth noting that Raul has since dropped a brand new video: "QUICKSAND", released online via the great U.K.-based Grey Skate Mag, featuring many a local scene head (and we mean that), which was paired up with one more interview by Vladimir Film Festival co-founder Nikola Racan, to be discovered here.

All caught up? Well, you're most likely still not prepared for Dino's newest offering: "SHAOLIN SPONZOR ME TAPE" is a clip really meant as an appetizer for his upcoming video (yes, he's been working on another one), but also one inherently strong of, once more, exploring definitions, formats and concepts. What's a 'web part' (actually yes, really, that term - what is it?), what's the most technical trick possible - achieving enlightenment, perhaps? Surely that one is up there at least. And so, here's the video record of Dino transcending himself, in more ways than just one too.

Dino suggested that we would release this on 22/2/2 at 22:22 (that is 10:22 P.M.) and of course we embraced the flow. It was filmed by Dujma and Butko, salutes Dino's longtime appreciation of both Japanese skateboarding videos and Eastern spirituality at large in the best way possible and, as a single, online skate piece, will definitely make you reconsider at least part of what you think you know.

"VELVET" / Spencer Legebokoff / INTERVIEW

Spencer Legebokoff shoote et filme du skateboard au Canada depuis longtemps maintenant, mais son nom s'est notamment exporté par-delà les frontières avec « WALTZ », un montage réalisé en tant que pur local de sa région d'origine : l'Ouest de Kootenay, en Colombie-Britannique, qu'il était venu présenter en personne à l'édition 2018 du Vladimir Film Festival, cet évènement indépendant désormais culte et véritable phénomène sociétal se déroulant annuellement et ce, purement grâce aux efforts des locaux de Fažana en Croatie. Puisqu'il s'agit là d'une expérience pour le moins puissante, il en est revenu inspiré, confiant et décidé à pleinement se consacrer à sa vision personnelle du skateboard format vidéo, et ainsi naquit, en toute logique, cette nouvelle oeuvre : « VELVET », quelque chose de plus contemplatif (mais toutefois chargé de skate local sincère) que LIVE est heureux de partager avec vous, aujourd'hui, aux côtés d'un interview exclusif avec Spencer à son sujet, à découvrir ci-dessous !

PREMIERE / "Blunt x TACo." / Alfredo Franco / INTERVIEW

"J'ai rencontré Alfredo “Blunt” Franco au cours d'un trip de skate à Mexico City en 2006. Fort de la maturité de mes propres vingt-et-un ans, j'ai été immédiatement impressionné par la ferveur à laquelle ce type de trente-et-unes piges skatait 'toujours' - toujours à la recherche de spots, toujours à filmer et shooter, toujours à faire des trucs franchement forcenés. C'était au début du millénaire, donc en pleine époque à laquelle les pros les plus établis des années quatre-vingt-dix touchaient au même âge et où les skateurs découvraient, plus ou moins, la longévité. Et puis là vient se poser ce type originaire d'une scène méconnue qui skate tout aussi bien, si ce n'est mieux, et seulement par passion.

J'ai vraiment adoré skater avec lui, écouter ses histoires sur le skate au Mexique, et me rendre sur ses spots : quelques fontaines à base de courbes, ou encore de vieux skateparks. Nous sommes restés en contact depuis, et nous rendons visite régulièrement chez l'un ou chez l'autre.

Au fil des années, mon skate à ralenti, mais Blunt ne semble que progresser, lui. Depuis mes trente-six ans actuels, je ne peux que m'émerveiller devant ses quarante-six. Il fait partie de ce peu de skateurs semblant s'être trouvés leur fontaine de jouvence.

Mais Blunt, c'est aussi l'un des pionniers du skate mexicain, à bloc depuis les années quatre-vingt, et toujours à pousser. Il a vu sa scène s'étendre à partir de rien, évoluer, progresser, exploser. Depuis ce fameux trip en 2006, je le remarque à chaque nouveau passage : il y a davantage de skateurs, de skateparks, de marques, de vidéos, et le niveau général ne fait que croître. Blunt se trouve-là depuis le début, et ses roues persistent à tourner au gré des ans."Brett Nichols

PREMIERE / Rubianda "MELLOW"

A moins de les avoir manqué, vous vous souvenez très probablement de Rayis Bisyir et de ses montages à la Sony VX-1000 en provenance directe de Jakarta en Indonésie, au nom d'affaires locales telles que Malacca Skateboards, ou encore Workshop Skate Orchestra avec "KHIDMAT". Les plus chanceux d'entre vous ont peut-être même été exposé à un visionnage ou deux au cours d'une édition du festival itinérant de Sergej Vutuc : Roundabout. Et bien, c'est avec grand plaisir qu'aujourd'hui, LIVE est en mesure de vous annoncer le retour de Rayis et présenter sa nouvelle production : "MELLOW" est une nouvelle réalisation - toujours impeccable - format croisé Mini-DV et Super 8 et ce coup-ci, ce sont les talents en skate de rue de Rubianda Rachman aka. Rubi Anda - smooth operator en termes de backside ollies, avec un langage corporel unique et un certain oeil pour la lecture de spot - qui sont à l'honneur et au service d'une bande-son, et bien... "mellow" (jusqu'à ce que s'ouvre en grand fracas la porte de la Seventh Chamber, s'entend) et d'un travail vidéo si abouti qu'il n'est pas sans évoquer les meilleures qualités des références et inspirations assumées de Rayis, à savoir Zach ChamberlinColin Read ou Far East Skate Network.

PREMIERE / Odran Fernandez "JUST ON TIME"

Les vacances à Melbourne du Montpelliérain Five-O Skateshopois Odran Fernandez (qui n'en est pas à sa première paru sur LIVE), à travers le prisme 3CCD du filmeur local Hunter D. Micaleff, en tout cas, ont l'air de plutôt bien se passer. Hunter qui, lui-même, sait kiffer ses propres vacances à grands renforts de sessions lorsque l'occasion se présente.

Pour en revenir à Odran, entre deux longs noseslides, c'est en personne qu'il nous raconte :

"Melbourne est incroyable avec des spots à gogo, c'est une ville de dingue ! Pour la petite histoire, on a eu pas mal de confinement, et le dernier en date a duré trois mois. Pendant cette période, j'ai eu la chance d'avoir été plus ou moins 'payé pour skater' puisque droit à une aide car inapte à travailler, via quelque chose qui s'appelle Centrelink, un organisme type Pôle Emploi qui me soutenait, toutes les semaines... C'était grave cool !

Du coup, pendant ce confinement, j'ai rencontré Hunter. On s'est retrouvés à filmer deux clips ensemble et la dynamique étant bonne, on a continué à en faire plus ! "JUST ON TIME" a été filmé sur deux mois, deux mois et demi, donc ça a été plutôt compact et rapide comme processus, on a été super productifs - on avait rien d'autre à foutre, en fait [rires].

Vraiment un gros big up à Hunter car, quand on allait skater, lui venait vraiment pour filmer - pas pour skater et peut-être gratter deux clips. On se rendait à chaque spot avec une idée précise en tête... Par exemple, la session pour les premier et dernier tricks, j'y ai passé littéralement deux heures : c'était la galère, probablement la plus grosse bataille que j'aie jamais mené - et lui est resté ces deux heures assis, tout ce temps avec la caméra, à changer les batteries, les cassettes... Parce que oui, du coup, on a filmé à la VX !

Le titre "JUST ON TIME" vient justement d'une certaine line filmée à point, alors qu'il ne restait plus que cinq secondes sur la cassette..." - Odran Fernandez

PREMIERE / "Hot Plate" / Marshall Nicholson

Marshall Nicholson a passé non moins de six ans sur la réalisation de sa deuxième vidéo complète en indépendant (après "FEED YOUR HEAD", et des clips tels que "JIVE") : "HOT PLATE", dont quelques parts se sont déjà retrouvées sur le net, notamment via Theories of Atlantis et Vague Skate Mag. Puisqu'il est question de Theories, d'ailleurs, on vous renvoie à cet interview (en Anglais) avec Marshall signé Mike Wine pour ce qui est d'en apprendre davantage au sujet du projet ; cet interrogatoire en règle de la part de Dom Henry pour Vague existe également.

En parallèle, Marshall est également papa à plein temps, planche sur toujours plus de nouveaux projets (vidéo, mais pas que) et s'occupe de Palms Skateshop ; aujourd'hui, il nous offre l'intégralité de "HOT PLATE", désormais visionnable d'un seul trait convergeant vers Fort Myers en Floride mais aussi N.Y.C., Baltimore, Chattanooga et Tokyo. Toute une histoire, résumée en quarante-deux minutes de Sony VX-1000 - soit le sens de la vie, selon Douglas Adams !

Greg Hunt / Interview

D'ancien pro chez Stereo Skateboards, la marque de Jason Lee et Chris Pastras, dans les années quatre-vingt-dix, à réalisateur de certaines des vidéos de skate les plus cruciales des deux dernières décennies - notamment la fameuse part de Dylan Rieder (oui, celle-là), entre autres vidéos TransWorld dont "SIGHT UNSEEN" et institutions culturelles telles que "THE DC VIDEO" ou "MINDFIELD" - le parcours de Greg Hunt est atypique. Si l'esthétique des premières vidéos Stereo, très artisanales, ainsi qu'un cadeau de la part de Gabe Morford l'ont, très tôt, incité à poursuivre sa passion pour le travail de la pellicule, son enthousiasme pour la photographie fixe persiste, peut-être, à être moins réputé que son attrait pour les images qui bougent, malgré une activité constante en matière de publication. Comme pour surligner l'importance de tout ce qu'il a bien pu documenter au fil des ans - et aussi de comment - "20TH CENTURY SUMMER", son nouveau livre chez Filmphotographic, vient justement de paraître et y figurent quarante-et-une photos auparamment jamais sorties, toutes extraites des premières pellicules jamais shootées par Greg, dans le contexte d'une tournée de skate en plein été 1995... De quoi se poser quelques questions ; ce qui tombe bien, puisque Greg en personne y répond, on l'espère, ci-dessous !

PREMIERE / Bears Skateshop "BEARS VIDEO" / INTERVIEW

La scène de Rennes est réputée de longue date pour son effervescence ; les désormais plus anciens se souviendront notamment des productions de Pacôme Gabrillagues, notamment de "CROSSWALK" en 2010 à l'aube de l'essor de la création indépendante européenne et, plus contemporainement peut-être, de la fameuse Galerie 126. La récente vidéo complète à la VX-1000 "UNCENSO-RENNES" par Théo Le Guével témoigne de la persistance des nouvelles générations locales à se montrer digne d'un tel héritage culturel et, entre autres activistes rennais par-delà les âges, Laurent Ségal se place aussi puisqu'à l'initiative de Bears Skateshop, anciennement Bamboo, ouvert sur place depuis 2004. Du coup, en un sens, c'est la célébration de presque deux décennies que représente la sortie nouvelle de cette "BEARS VIDEO", réalisée par Yoann Cailleteau mais, finalement, pas que, étant donné la variété des profils la composant somme toute, reflétant l'aspect du skateboard comme aventure humaine, d'une part et, d'autre part, suintant aussi l'huile de coude sous bien des aspects. Comme un point s'imposant à faire de lui-même, saisie fut l'occasion d'aller discuter avec l'ensemble des intéressés - qui se sont révélés avoir pas mal de choses à dire - histoire d'honorer tout ce bail à notre humble tour, quand même !

Ruben Spelta / En 5!

Le cas Ruben… Élusif sauf peut-être au détour d’une rue de Milan, sa silhouette reconnaissable se distingue tout particulièrement sur un skateboard et pourtant, aucun média de skate ne lui a jamais vraiment donné l’occasion de s’exprimer avec des mots. Aujourd’hui, il joint les deux langages et nous délivre quelques perles de sagesse skateboardistique en 5, en plus d’une toute nouvelle part qui, on l’espère, saura également vous inspirer!

PREMIERE / "SHIT PIE" / Nebojša Resanović & Hana Piščević / INTERVIEW

En Anglais dans le texte et sans effort particulier de traduction littérale, en général, recommander à quelqu'un de la "SHIT PIE" quelque soit l'heure de la journée n'est pas censé refléter les meilleures intentions pour la satisfaction sensorielle de cette personne, ou son bien-être en général. Et bien surprenamment, celle-ci, en provenance de Serbie, est une spécialité bien locale que LIVE est fier de vous servir toute chaude puisque pour ce qui est de la recette, il est réellement question ici d'authenticité, de créativité et de suffisamment de motivation pour invalider dix comptes Instagram de memes du genre. Live, laugh, loveNebojša Resanović et Hana Piščević ont bien mijoté tout ça durant la cuisson de "SHIT PIE", vidéo filmée au plus profond de la marmite et du couvre-feu local qui, finalement, scintille comme un court-métrage de skate frais, chargé de spots inédits dénichés au sein d'un même quartier de Belgrade, de tricks inventifs, d'enthousiasme brut et de conducteurs impatients. Forcément, LIVE s'est incrusté pour réclamer une part et maintenant, à votre tour de vous servir dans l'interview, ci-dessous !

Vladimir au sommet

A condition d'être au courant, qui dit mois de septembre dit aussi approche de la saison des festivals skate, désormais classiques, en Croatie avec le Vladimir Film Festival, tout fraîchement doté d'un site Internet tout neuf exposant d'ores et déjà les dates et le programme de cette édition, pour sa onzième année d'existence ; et en Bulgarie avec le Summit of the Non-Aligned, plus récent mais tout aussi motivé, dont LIVE vous a déjà parlé - notamment ici. En tout cas, c'est en ce moment, du 9 au 11 septembre que se tient le nouveau Summit à Belgrade ; puis, s'ensuivra presque instantanément le Vladimir 2021, prévu du 16 au 19 septembre à Fažana et Pula.

Histoire de communiquer ces fraîches nouvelles, quoi de mieux qu'un compte-rendu exclusif du Vladimir précédent - un poil éborgné par les circonstances pandémiques, mais qui s'est bel et bien déroulé - millésimé deux mille vingt, donc, narré par les gonzes de Amnesia Skateshop à Sliven en Bulgarie. Plus précisément, le texte est signé Martin Dechev et Yavor Ski ; les photos sont par Veliko Balabanov, déjà auteur de ce clip de Deo Katunga pour Stinky Socks et de la nouvelle vidéo Витошa Skateboards, programmée au Vladimir cette année ; quant aux images qui bougent, il s'agit de leur production précédente pour Amnesia, réalisée pour l'édition précédente.

Encore une fois, on se connecte avec l'actualité imminente du Vladimir ici (une plate-forme à suivre dans le temps, paraîtrait-il), et celle du Summit . Pour davantage prolonger le mythe, aussi, vous pouvez opter pour la relecture du compte-rendu du Vladimir 2019, chargé en Josh Stewart (mais pas que), ici !

Word Is Bond "SNAFU" / PREMIERE

Plusieurs fois par le passé, LIVE a déjà partagé les productions vidéo d'un Gerardo Sosa hyperactif quant à sa documentation du skateboard en Amérique Latine ; souvenez-vous, on l'avait interviewé à propos de "SITUACIÓN DE CALLE", sa full-length vantant les mérites des spots et des locaux de Buenos Aires, en Argentine. Aujourd'hui, et moult pérégrinations urbaines plus tard, il revient avec "SNAFU", un montage de trois minutes tournées à Guatemala City au même titre que "PACHITO" et, en complément, il raconte :

"Etant donné la situation actuelle dans le monde entier, c'est toujours positif que de s'entourer de skaters qui ne se laissent pas abattre, et s'acharnent à filmer malgré tout. J'avais prévu de me reposer un peu, après ma dernière full-length, mais la flamme ne s'est finalement pas éteinte. Nos amis du Costa Rica sont passés nous rendre visite, et puis j'ai retrouvé quelques clips que je croyais perdus ; ensuite, j'ai skaté un aprèm avec Mark Williams et on a filmé sur une poignée de spots jamais skatés auparavant, bref - tout s'est enchaîné... 'Situation Normal - All Fucked Up'!" - Gerardo Sosa / Word Is Bond

Au programme, donc, du terrain original et des tricks hauts en couleur estampillés des pattes respectives de Mark Williams, Gerardo en personne, David FernandezTotioIvan Arcia et Daniel Chacón.

Pour davantage d'Amérique Latine, LIVE vous invite à vous pencher sur "FASTIDIO" sur Bandcamp pour le dernier album en date auquel est affilié le skateur, artiste et entrepreneur D.I.Y. Monki a.k.a. Tomas Spicolli, chez Discos Corrosivos (il fait également partie du projet Tildaflipers et de la galerie Masao) ; et, également, à garder un oeil sur Transmisión Skate Peru, nouvelle plate-forme skate basée à Lima.

Pages

Live Skateboard MediaLive Skateboard Media

Patientez pour passer l'annonce...
Fermer