STREET FEET "Radio Sessions" Vol. 4 / PREMIERE

Enfin, le voici : le nouveau chapitre du roman vidéo analogique signé Rob Mentov avec Street Feet : "RADIO SESSIONS", qui persiste à documenter les pérégrinations à Toronto des mêmes skateurs : Juan OsorioMalcolm-Emilio YardeScott BalkwillMatt RobertsWill BaigentJosh Forgues et aussi Jake Borchenko qui, une fois encore, se trouve également contribuer quelques clichés à la galerie photo ci-jointe (dont un trick par Aaron Jones, par ailleurs absent au générique - pour cette fois !). Donc, préparez-vous à votre dose régulière de groove urbanocturne (c'est un néologisme), aux effets secondaires contagieux et s'il pleut, et bien, vous pouvez toujours vous venger sur la relecture des précédents épisodes, ici.

Infinite Momentum!

Grâce à l'utilisateur des forums de SLAP répondant au pseudo de Mad Max, qui a généreusement pris l'initiative de digitaliser sa propre copie VHS, l'une des vidéos de San Francisco les plus injustement méconnues est désormais visionnable en ligne, dans son intégralité pour la toute première fois (en bien longtemps, en tout cas) ! "INFINITE MOMENTUM" est une production de la marque Supernaut Skateboards, sortie en 2000 (seulement une paire d'années avant la suite : "URBAN CANVAS", toute aussi géniale et dont le visionnage est également impératif). La liste des skateurs représentés, de Matt Pailes à Mike Daher (!) en passant par Tony Cox, Matt Rodriguez et bien d'autres encore, suffit à justifier un 240p que les passionnés les plus sincères ne remarqueront même pas de toute façon, tant les images sont importantes et la musique prenante. Pour la leçon d'histoire, Supernaut fut lancé en 1996 par Paul Sharpe (également titulaire d'une part dans "INFINITE MOMENTUM", d'ailleurs), Ted Newsome et Mike Ballard, qui a pris les rênes de la direction artistique avant que la marque finisse par se dissoudre, trop tôt, comme bien trop de jolies choses.

PREMIERE / "Trois Trois Trois" / Arthur Du Sordet / INTERVIEW

Arthur Du Sordet, aka. Arthur Dus, nous avait déjà résumé son activité en tant que filmeur de skate basé à Nyon en Suisse à l'occasion de sa réalisation précédente ; pour ceux qui peinent à suivre, il est l'opérateur caméra et montage officiel du collectif du coin, le Cranscityclub, dont la nouvelle vidéo complète "TROIS TROIS TROIS" vient de sortir ; et, si quelques-uns des segments la composant ont déjà été diffusés sur la chaîne YouTube du groupuscule (on vous l'annonçait déjà ici), c'est ni plus ni moins dans son intégralité qu'aujourd'hui, LIVE vous présente cette petite claque audiovisuelle enracinée dans l'indépendance skateboardistique et l'authenticité d'une scène locale surmotivée. En complément, et histoire de retracer plus exactement qui est qui et qui a fait quoi avant la session qui suivra très probablement votre visionnage, une fois n'est pas coutume, nous sommes allés chercher Arthur ; le compte-rendu de l'interrogatoire, ainsi qu'un paquet de photos signées Albert Lopes, c'est ci-dessous !

Soy x Film

Quand les deux figures de proue de longue date du skate hexagonal Soy Panday et Jérémie Daclin se recroisent, ça skate (évidemment), ça papote (évidemment), ça sort un coloris de truck chez Film (évidemment), d'ores et déjà dispo dans vos régions ou sous peu, si tout va bien. Moins évident : l'implication du Montpelliérain Bastien Regeste à la vidéo (souvenez-vous de "B(EE)R"), les thèmes abordés lors de l'interview, et les spots parisiens ponctuant les images aussi, d'ailleurs ; bien que certains fussent jadis rossés quotidiennement par les plus dignes représentants de leurs générations respectives, Soy et Jérémie en reprécisent clairement la position actuelle sur la carte. En attendant le résultat de nos études portant sur l'influence de la position du nosewheeling sur les facultés d'introspection d'un sujet donné, on remarquera que le format évoque cet autre interview de Soy, pour Posca, amené par le très bon Seb Charlot : c'est lui le co-shaman instigateur du podcast français Big Spin, avec Arnaud Dedieu.

Fiesta in Traffic

Impossible de passer à côté du retour des fameux "TRAFFIC REPORT" (signés Traffic Skateboards, donc), via Theories of Atlantis, surtout que le dernier en date, mettant en avant Josh Feist, est particulièrement mémorable tant l'improbabilité des spots contraste avec l'apparence aisance du type. Le trick de fin, aussi, il fallait aller le chercher...

Traffic qui ont, depuis les pourtant récentes "LOOK LEFT" et "LOOK RIGHT", déjà oeuvré et sorti une toute nouvelle vidéo complète : au cas où vous seriez passé à côté, "THIRD SHIFT" est visionnable en son intégralité ici !

Tightbooth alert!

"SECURITY LEVEL ∞", c'est l'intitulé du grand retour des Tightbooth sur les écrans de ceux qui savent, près de quatre minutes qui témoignent d'à quel point il est difficile de skater au Japon du fait de la police et des agents de sécu, quand bien même l'aisance des types parviendrait presque à nous faire croire que tout est vraiment facile. Evidemment au programme, montage au scalpel et skateboard qualitatif de la part de têtes autrement trop rarement mises en avant au sein du groupe ; Shinpei Ueno sait avec qui s'associer et, tandis que les hypebeasts les plus avant-gardistes sont déjà en train de lurker le prix des boards Tightbooth argentées, d'autres seront probablement inspirés à remettre, eux aussi, le backside boneless au goût du jour. La bande-son, comme la dernière fois, est signée Killer Bong.

Urban Ruben

A quelques univers des prochains Jeux Olympiques, ça y est : le magicien milanais Ruben Spelta vient tout juste de glaner sa médaille de professionnel chez Magenta et "IL FANTASISTA", c'est le titre du clip de sept minutes qui témoigne de ce nouveau titre honorifique. Comme la dernière fois, on retrouve à la caméra le Bordelais Andréa Dupré et, en tant que sujets, bien évidemment Ruben lui-même mais également Soy et Vivien qui, excédés par le bazar ambiant du nouvel ordre mondial, ont choisi de s'exiler à Milan le temps de quelque beau kickflip et autres lignes chorégraphiées, entrecoupées d'une tripotée d'autres skateurs locaux. De quoi vous inspirer à sortir faire du skate, et à rajouter à la liste de vos ambitions personnelles l'idéal d'avoir des pieds suaves.

Nyon man

LIVE vous a déjà présenté les productions du Suisse Arthur Du Sordet sous l'enseigne locale du Crans City Club, par le passé, avec ce montage en particulier qui avait su orienter notre attention en la direction de la scène de Nyon. Depuis, c'est sur une vidéo complète qu'Arthur a bossé : "TROIS TROIS TROIS", une tranche de trente minutes de planche à roulettes en milieu urbain, dérobées aux affres du temps grâce au pouvoir du Mini-DV. En attendant la Premiere sur LIVE, prochainement, Arthur a déjà partagé quelques sections de la vidéo sur le YouTube de Crans City Club ; aujourd'hui, nous vous présentons le segment de Yannick Eberhard, goofy dès l'enfance, en l'occurrence accompagné de Robin Fankhauser, mais s'y trouvent également ceux d'Albert Lopes et de Loïc Beirnaert avec Tom Armand. Et on vous en dit davantage, donc, très bientôt !

Paix et amour II

Kenta OkamotoLIVE l'avait déjà interviewé à l'occasion de la sortie de "PALE", et ce n'était pas là non plus la seule fois que l'on vous a fait tourner son travail. Toujours officier caméra au sein du même crew aussi japonais que pétillant d'inventivité et de style, "PEACE AND LOVE V.2" s'impose comme la suite directe de l'opus éponyme précédent et il s'agit de dix-huit minutes inédites qui vous attendent - les gars ne chôment pas ! Avec, comme toujours de la part de Kenta, une réalisation explosive, une bande-son au top et probablement l'un des meilleurs 360 flips en flat jamais filmés, quelque part parmi la déferlante de cascades urbaines, souvent nocturnes, tout aussi remarquables.

Et pour encore davantage de Japon, on vous recommande (à nouveau) les productions UGLY WEAPON, avec quelques têtes en commun, et notamment leur dernière production en date, "SAMMY".

Buta's finest!

C'est pratiquement depuis les débuts de LIVE que l'on vous relaie régulièrement les productions vidéo assassines du Rios crew de Budapest, et pour cause : depuis des années, ceux-ci abreuvent les Internets de montages à l'anthrax, représentant à chaque fois toute l'urgence d'une scène locale en ébullition contrariée par son contexte socioculturel. Les passants ne comprennent pas, les riverains s'énervent, les voitures s'affolent sur la route et leurs conducteurs dans les commentaires YouTube ; un paysage saturé de stress qui, malgré tout, ne saurait entraver le mouvement de plusieurs générations de skateurs locaux persistant à fleurir entre les dalles tout en leur volant des clips à l'arrachée.
 
Mátyás Ricsi est l'un de ceux-là ; et, si vous avez déjà pu distinguer sa silhouette dans les montages Rios précédents ou encore dans "PARTIAL WORLD TOUR" de Push Periodical, aujourd'hui, c'est en haut de l'affiche qu'on le voit, puisqu'il est l'illustre titulaire des cinq minutes d'images au programme. Enfin, sans oublier le rôle de Bence Bàlint, derrière l'objectif vidéo mais également photo, puisqu'il a également shooté la plupart des tricks. Une galerie à retrouver conjointement à un interview exclusif avec Ricsi, en Anglais, sur le site de Grey Skate Mag. Comme le remarque justement Henry Kingsford, d'ailleurs, les spots ne vous paraîtront sûrement pas familiers, pour la plupart ; c'est dire avec quel acharnement les Rios s'échinent à écumer le moindre coin de bitume skatable depuis le début de la décennie passée.
 
Pour davantage de Rios, on vous renverra à cet interview avec Bence pour Magenta, ici ; et, puisqu'il est rare qu'un seul skateur se retrouve au casting de leurs productions, à celle-ci en particulier, sortie il y a déjà cinq ans mais toujours aussi efficace, mettant en avant le génial Attila Fehér.
 

 

Pages

Live Skateboard MediaLive Skateboard Media

Patientez pour passer l'annonce...
Fermer