MEMENTO / Spot 02 - Villas maudites / GALERIE

Aujourd'hui, le duo Florent Théron (du Chiffre Huit, sur la planche) et Fred Schwal (à la photo) revient en force question diversité à l'occasion du deuxième chapitre de leur "MEMENTO". En effet, si le premier était intégralement consacré au disparu Stade du Rey à Nice, il s'agit maintenant de trois spots que nos compères ont visité, récemment, au hasard planifié de leurs pérégrinations de type urbex. Au programme : trois demeures abandonnées, toutes aux passés forts, sur lesquels Florent en personne s'est spontanément fait un plaisir de revenir, respectivement, ci-dessous !

"Pour ce rendez-vous avec "MEMENTO", nous nous sommes arrêtés sur tous les endroits aux passés les plus sulfureux que nous avons pu trouver : villa de dictateur, de milliardaire ou tout simplement maudite par sa taille...

Les skater fut l'aspect le plus dur de cette aventure ; leurs états de dégradation et leurs architectures nous ont mis à rude épreuve. 

"Quelqu'un nous a même
dit que skater là-bas,
aux yeux de la loi,
c'est skater
en Irak..."

Mais leurs histoires nous ont poussé à y aller, et à faire fi de leurs passés susmentionnés pour se les réapproprier ; malgré l'illégalité apparente, nous voulions montrer que ses lieux peuvent témoigner de davantage que des atrocités de leurs propriétaires.

La villa Irakienne :

Deux piscines, sept mille mètres carrés de terrain, maison de gardien, pléthore de suites et autres salles de jeux - c'est l'impressionnant C.V. de la villa du frère de Saddam Hussein, acquis en toute illégalité en 1982, via des sociétés écran suisses.

Cette villa, autrefois "ambassade d'Irak", n'a pas survécu à la chute du régime, ni à l'exécution de son propriétaire pour crime contre l'humanité.

Elle est aujourd'hui redevenue propriété de l'Irak, et sous diplomatie irakienne. Quelqu'un nous a même dit que skater là-bas, aux yeux de la loi, c'est skater en Irak...

Elle était donc indispensable pour nous : difficile à skater, mais on a quand même pu s'offrir quelques tricks sur une table basse vitrée, au milieu du salon ravagé ; ainsi que par dessus le (rare) fauteuil trônant sur la terrasse, avec panorama sur la mer.

La villa de l'ancien milliardaire :

Une villa qui appartenait à la fille du marchand d'armes le plus riche du monde dans les années quatre-vingt, et qui se retrouve au milieu de l'affaire Sarkozy-Kadhafi dans le financement de sa campagne - ce n'est pas le pitch d'un roman à la "San-Antonio", mais bel et bien une villa abandonnée depuis des années, qui a été achetée 762 000 euros sur la fin des années quatre-vingt-dix, puis revendue plus de dix millions en 2009.

Ne cherchez pas de plus-value ou de travaux pour justifier cela, mais juste une savante équation d'achat et de revente afin d'en arriver à cette somme - et une jolie couverture pour blanchir autant d'argent ; le dernier acheteur étant, officieusement, le bras droit du dictateur Libyien.
 
Cette villa maintenant saccagée ; il nous a été difficile de trouver des tricks à faire, l'important étant son histoire. Mais on a pu quand même faire un drop dans la piscine, entre les dalles cassées du jardin, et un 360 flip sur la mezzanine de cette villa sans angle droit.
 
Florent Théron, ollie.
Florent Théron, ollie.

Le château maudit :

Voilà un édifice qui, par sa structure, dénote sur cette côte méditerranéenne, avec ses allures de château fort juché sur les hauteurs proches du bord de mer.
 
Cette bâtisse, construite sur la fin du dix-neuvième siècle par le neveu du poète anglais "Sir" Alfred Tennyson, a finalement connu moult destins, tous tragiques, qui lui confèrent le surnom de château maudit.
 
Elle semble hors norme - et les projets des différents acheteurs aussi. Si bien qu'aucun de ces projets ne s'est réalisé, encore aujourd'hui même fraîchement rachetée pour presque dix millions d'euros.
 
Elle reste sous la vigilance d'un garde... Qui peut fermer les yeux, l'espace d'une visite.

Malgré son immensité, l'espace demeure vide et usé par le temps.
 
Cette immense bâtisse étant proche d'habitations, il a fallu faire vite pour y trouver - et skater - un spot. Le choix s'est de suite tourné sur cette petite table à wheeling, avec une prise d'élan accolée à six mètres de vide.

Nous ressentons toujours une certaine frustration en pensant à ce spot : le temps et les circonstances ne nous ont pas permis de lui rendre les honneurs qu'il méritait..."Florent ThéronFred Schwal
 
Live Skateboard MediaLive Skateboard Media

Patientez pour passer l'annonce...
Fermer