Sergio Santoro

Sergio Santoro / INTERVIEW / "Original Rocker" / PREMIERE

A propos du phénomène Sergio Santoro ; et bien, sa plus grande force est sûrement qu'il parle de lui-même, puisque le personnage tout comme son style de skate font sensation sur Internet depuis désormais plusieurs années - prouvant ainsi que la passion sincère déborde au-delà des barrières de langage et autres frontières géographiques. Le skate de Sergio est plutôt unique : conséquence logique d'avoir grandi au cours d'une ère sous laquelle information et inspiration sont plus aisément accessibles, qui se résout par un répertoire de tricks et un langage corporel qui renient l'existence des modes. En plus de transcender les courants, ce qui motive Sergio à pousser, c'est l'exploration - vous remarquerez que la notion est exprimée régulièrement dans l'interview ci-après ; en vérité, Sergio est une âme aussi ingénue que curieuse, débordant d'appréciation pour le positif de la vie - une aura qui vous absorbera au premier pousson-sourire.

Tandis qu'effectivement, il marque des points sur Instagram sans trop forcer à un point tel que l'élite économique californienne l'a à de maintes reprises remarqué, et tel que certains de ses propres compatriotes l'apprécient au point de projeter leurs propres attentes sur son personnage, la considération première de Sergio reste focalisée sur le fait de skater tous les jours et d'apprécier chaque seconde de cet état de fait donné. Une pureté d'appréciation dans l'approche qui suffit à faire mentir les préjugés quant aux cyber-personnalités, et à calmer les élans de chauvinisme. Sergio est conscient que ni lui, ni la scène du Brésil en générale n'ont à prouver quoique ce soit à qui que ce soit et demeure concentré, mais aussi sensible. Dans l'échange ci-dessous, nous discutons de comment attirer l'attention sur l'hyperactive scène skate brésilienne et ce, en dépit des barrières de langage avec les pays ne parlant pas le Portugais, mais aussi la variété des styles locaux et internationaux, et bien plus encore.

Le cœur ignore les frontières et qui de plus approprié que Sergio pour représenter le dévouement concret au skateboard par delà n'importe quelle autre pseudo-valeur arbitraire. En espérant que la photosynthèse de son aura opère, LIVE est honoré de vous présenter le tout premier interview de Sergio Santoro pour un média européen, en Français et Anglais, pour une fois !

Zonzo

En plus de l'excellent skate - souvent original, et toujours cagneux - toujours signé de la crème de la crème de la scène brésilienne, ce que l'on apprécie dans les vidéos de Murilo Romão (dont on vous a déjà présenté les productions précédentes par le passé), c'est sa volonté, en tant que réalisateur, de pousser le concept de la vidéo de skate.

Le travail de Murilo avec Flanantes, son collectif, transcende la documentation de brutales cascades urbaines (et autres réinterpérations d'un environnement urbain visiblement hostile), pour la replacer au sein d'un contexte pertinent.

En l'occurrence, c'est le travail de l'architecte italien Francesco Careri qui a retenu son attention, au point d'axer sa nouvelle full-length autour d'une idée qu'il nous explique en détail :

"Francesco Careri, dans son ouvrage classique 'Walkscapes : la marche comme pratique esthétique', détaille les avantages de la marche, de l'exploration et d'à quel point il peut être bénéfique pour l'humain de s'égarer car, parmi les cultures dites primitives, les sédentaires qui ne se perdaient jamais ne progressaient jamais autant que les peuples nomades. Vers la fin du livre, il détaille la ville de Zonzo, une métropole imaginaire et métaphorique qui serait une ville dans la ville ; à mon esprit, c'est très proche des skateurs, à la perpétuelle recherche de Zonzo dans leurs déplacements imprévisibles. "Zonzo", cette nouvelle vidéo Flanantes, est infusée de cette pulsion d'explorer de nouvelles zones de la ville, ou de sa périphérie ; des zones abandonnées, des lieux en transformation spatiale comme temporelle et finalement, on se rend compte qu'en pratique, qui perd en temps gagne en espace." - Murilo Romão

Monstre de rue !

"Monstro De Rua", c'est le nouveau montage de Rémi Luciani aka. Marseille Zoo, déjà auteur des vidéos éponymes mais aussi, plus récemment, de "NCE" ou de cette mixtape de l'OG Nordiste, Hervé Coneim. Cette fois, c'est à Bordeaux que les choses se passent, et c'est le duo de choc du local Leo Valls avec le Brésilien de passage Sergio Santoro qui volent la vedette le temps d'à peine quelques jours de filming ensoleillé. Comme on est en droit de le présager, le résultat est du pur freestyle urbain, ponctué d'interventions efficaces signées Vivien Feil, Sergio Cadaré (le retour !) et Arthur Giat.

Chaudes nuits

L'imaginaire collectif imagine des nuits brésiliennes haletantes et pleines de surprise, et la mégalopole de Sao Paulo logiquement correspond au fantasme… Vu par Murilo sous la loupe Flanantes, la nuit locale est plus qu'active, avec toujours la crème du skate national de passage ou en mode local,  et surtout une façon d'appréhender le ville bien particulière. On notera aussi une attention toute particulière donnée à la mise en son. Nouveau petit chef d'oeuvre de rue!

Situacionistas

Retour au Brésil, avec la nouvelle production de Murilo Romão, dont nous vous avions déjà parlé, pour ses talents devant et derrière la caméra. Alors, déjà, des vidéos de skate citant Guy Debord, ce n'est pas tous les jours! Ensuite, dans le genre Who's Who de l'autre pays du skate, Situacionistas se pose là. Il ne manque quasiment personne, même chez les anciens. Et surtout, surtout, vous êtes bons pour une sévère dose de très bons skate présenté d'excellente façon. Ah, et Murilo, de République au célèbre Roosevelt Square de Sao Paulo est tout simplement incroyable de décontraction tech…

Live Skateboard MediaLive Skateboard Media

Patientez pour passer l'annonce...
Fermer