hernando ramirez

Zonzo

En plus de l'excellent skate - souvent original, et toujours cagneux - toujours signé de la crème de la crème de la scène brésilienne, ce que l'on apprécie dans les vidéos de Murilo Romão (dont on vous a déjà présenté les productions précédentes par le passé), c'est sa volonté, en tant que réalisateur, de pousser le concept de la vidéo de skate.

Le travail de Murilo avec Flanantes, son collectif, transcende la documentation de brutales cascades urbaines (et autres réinterpérations d'un environnement urbain visiblement hostile), pour la replacer au sein d'un contexte pertinent.

En l'occurrence, c'est le travail de l'architecte italien Francesco Careri qui a retenu son attention, au point d'axer sa nouvelle full-length autour d'une idée qu'il nous explique en détail :

"Francesco Careri, dans son ouvrage classique 'Walkscapes : la marche comme pratique esthétique', détaille les avantages de la marche, de l'exploration et d'à quel point il peut être bénéfique pour l'humain de s'égarer car, parmi les cultures dites primitives, les sédentaires qui ne se perdaient jamais ne progressaient jamais autant que les peuples nomades. Vers la fin du livre, il détaille la ville de Zonzo, une métropole imaginaire et métaphorique qui serait une ville dans la ville ; à mon esprit, c'est très proche des skateurs, à la perpétuelle recherche de Zonzo dans leurs déplacements imprévisibles. "Zonzo", cette nouvelle vidéo Flanantes, est infusée de cette pulsion d'explorer de nouvelles zones de la ville, ou de sa périphérie ; des zones abandonnées, des lieux en transformation spatiale comme temporelle et finalement, on se rend compte qu'en pratique, qui perd en temps gagne en espace." - Murilo Romão

Possiblement peut-être

"Possibly Maybe", soit. Ce qui n'est pas de l'ordre de l'hypothétique, par contre, c'est bien la propension des Brésiliens à "street débarouler" - langue morte que celle des rollers. En l'occurrence, c'est la violence véritable, avec une poignée du team Converse local au meilleur de sa forme (dont un Felipe Oliviera qui signe là certaines de ses meilleures images), et Hernando "Ñaño" Ramirez derrière la cam'. Ñaño, c'est le mac du skate de São Paulo (encore une métropole trop grosse, avec plus de douze millions d'habitants), dont le génie créatif tend à entâcher tout ce qu'il fait de la plus belle des façons. Jetez un œil à son travail avec Asco Skateboarding pour un aperçu de la patte graphique et de l'univers du bonhomme... Vous comprendrez alors sans problème la cohérence de son utilisation de la VHS, médium tout aussi désuet que les rollers susmentionnés mais aux lettres peut-être plus nobles. Oui, oui, c'est bon...

Live Skateboard MediaLive Skateboard Media

Patientez pour passer l'annonce...
Fermer