Felipe Oliveira

LADOB

Fernando Gomes est originaire de Salvador dans l'état de Bahia, au Brésil, où il s'occupe à documenter le talent des skateurs locaux avec entre autres entreprises personnelles le projet SSAlitre, voué à centraliser orchestrer et crystalliser les images résultant dudit processus, qu'elles bougent ou soient fixes. "LADOB" vient se placer en plein dans ce cadre, et aussi dans la continuité du clip "LADO A" sorti l'an passé (la chaîne YouTube est à suivre ici) ; c'est l'occasion de quatorze minutes de cascades urbaines authentiques, tout en H.D., avec au programme quelques habitués tels que Cotinz ou Felipe Oliveira (dont on vous donne davantage de nouvelles fraîches très bientôt) mais également les styles hors-norme et autres déluges de spots improbables de rigueur (dont quelques bump-to-bar que Jimmy Lannon ne renierait probablement pas), ainsi que la galerie photo ci-dessus, signée Fernando.

Désinformation

Si LIVE vous relaie autant de productions Costume, la marque de l'O.G. de Manaus : Adonis Perfeito, c'est tout simplement parce que le gars n'en finit jamais de créer (on vous renvoie à ses oeuvres précédentes) ; en l'occurrence, histoire de teaser sa nouvelle full-length "INFERNO VERDE", prévue pour courant deux mille vingt, il se paie le luxe de sortir un montage d'images qui n'ont pas été retenues pour la vidéo : "FAKE NEWS", via le média brésilien Black Media. C'est pour le moins dansant, le temps de cinq minutes de VX-1000 bien réglée sur des spots aussi exotiques que peu pratiques, on y retrouve tous les chouchous - voilà qui annonce de chouettes couleurs, pour ce qui est de la suite !

Ciao

On ne saura apparemment pas grand chose de "Ciao" à part qu'il s'agit d'une nouvelle full-length intégralement filmée à New-York en H.D. 16:9 - mais maîtrisé - par Ricardo Napoli, qui était déjà l'auteur de "Making It Happen" en 2017, suivant le même concept. Ce qui semble intéresser Ricardo, c'est davantage de documenter le skate des touristes de passage dans la Grosse Pomme, plutôt que celui des locaux qui défoncent, exclusivement. Ses connexions brésiliennes vont loin plus qu'en plus d'avoir filmé Kaue CossaFelipe Oliveira fait de multiples apparitions remarquées aux côtés d'un Connor Kammerer plus Américain, tout aussi exotique, qui ouvre le bal avec une mini section. Même quelques francophones comme Bastien Regeste ou Quentin De Briey font leurs apparences respectives ! Mais le lien que Ricardo semble le plus cultiver, c'est celui avec la scène japonaise qui se voit ici pourvue de représentants multiples, dont Kento Yoshioka et Ryo Motohashi.

Zonzo

En plus de l'excellent skate - souvent original, et toujours cagneux - toujours signé de la crème de la crème de la scène brésilienne, ce que l'on apprécie dans les vidéos de Murilo Romão (dont on vous a déjà présenté les productions précédentes par le passé), c'est sa volonté, en tant que réalisateur, de pousser le concept de la vidéo de skate.

Le travail de Murilo avec Flanantes, son collectif, transcende la documentation de brutales cascades urbaines (et autres réinterpérations d'un environnement urbain visiblement hostile), pour la replacer au sein d'un contexte pertinent.

En l'occurrence, c'est le travail de l'architecte italien Francesco Careri qui a retenu son attention, au point d'axer sa nouvelle full-length autour d'une idée qu'il nous explique en détail :

"Francesco Careri, dans son ouvrage classique 'Walkscapes : la marche comme pratique esthétique', détaille les avantages de la marche, de l'exploration et d'à quel point il peut être bénéfique pour l'humain de s'égarer car, parmi les cultures dites primitives, les sédentaires qui ne se perdaient jamais ne progressaient jamais autant que les peuples nomades. Vers la fin du livre, il détaille la ville de Zonzo, une métropole imaginaire et métaphorique qui serait une ville dans la ville ; à mon esprit, c'est très proche des skateurs, à la perpétuelle recherche de Zonzo dans leurs déplacements imprévisibles. "Zonzo", cette nouvelle vidéo Flanantes, est infusée de cette pulsion d'explorer de nouvelles zones de la ville, ou de sa périphérie ; des zones abandonnées, des lieux en transformation spatiale comme temporelle et finalement, on se rend compte qu'en pratique, qui perd en temps gagne en espace." - Murilo Romão

Os Selvagens da rua

Profitons de ce dimanche pour réfléchir à cet adage selon lequel, le skate est un truc que l'on fait avec ces potes pour s'amuser, mais dès que cela devient un peu sérieux, ce sont les Brésiliens qui gagnent… Peut-être parce qu'ils savent mieux jouer que les autres? Vérification en images qui bougent, version de rue, bien loin des futures arènes olympiques…

Felipe Alert!

Direction l'Amérique latine, cette fois, avec une bonne équipe Cons, et forcément ça skate fort, on s'en doute. Ceux-là nous ont habitué à ne pas faire semblant! Saluons surtout notre chouchou Felipe Oliveira, qui joue à la maison, bien sûr, mais surtout sa propre partition avec toujours une approche bien à lui… 

Taking the L?

Vous connaissez déjà le cas Felipe Oliveira, et vous vous doutez bien qu'un séjour à New York lui donne l'occasion de faire preuve de faire de cette décontraction dont il a le secret, au point de se mettre d 'ailleurs en danger! Mais, cet edit nous donne aussi l'occasion de découvrir plus amplement un certain Kaue, certes plus orthodoxe dans son approche, mais déconcertant aussi de nonchalance toute tech'.

MIMPI FILM FESTIVAL / "Ruído" / PREMIERE

Parfois l'idée s'exprime, mais s'échoue en route, fatiguée de la longueur du voyage, se heurtant à la barrière de la langue. N'est pas anglophone, connecté, voire intéressé qui veut ; un facteur de communication non négligeable qui frit la ligne et nous gêne dans notre curiosité du monde. On a envie de tout connaître ! Aujourd'hui sur LIVE, c'est Pedro Damasio, son travail et celui de ses acolytes dans le cadre du festival photo et vidéo de skate brésilien : le Mimpi, que vous rencontrez. On s'y est rendu deux années consécutives, on a adoré ; l'évènement est une fourmilière de passionnés venant des quatre coins du continent - voire du monde - pour se rassembler, et échanger. Derrière les bannières, les organisateurs s'amusent avec des concepts : le dernier en date étant le son, le bruit : c'est ça, "Ruído". Le clip récapitulatif, ci-joint, expérimente, explore, tâte, se cherche, se tâte, cherche. Une part de Pedro n'ayant jamais vraiment grandi, il y a également eu beaucoup de skate car après tout, c'est à lui qu'on doit tout et cette réalité, aucun des mordus du Mimpi ne l'a jamais oublié.

LDSxZSU / PREMIERE

On s’en doutait déjà, maintenant on en est sûr, désormais : La scène brésilienne n’a rien à envier aux autres. Le style est unique, surtout lorsque l'on parle de Salvador da Bahia, et la créativité est au rendez-vous. Aucun spot n’est épargné et n’importe quoi peut servir. Bref, il faut croire que Felipe Oliveira et le reste de l’équipe sont capables de tout faire, du pop impressionnant au grind technique en passant par un pole-jam douteux. Tout ça capturé par la caméra d’Alan dos Anjos sous le beau soleil brésilien. Que peut-on demander de plus? À part une série de vêtements dessinés par la bande Lukdetxit pour le skateshop local!?

Emoji Coeur Coeur

Alors, vous n'êtes peut-être pas au courant, mais votre skateur préféré s'appelle Felipe Oliveira… En tout cas, ce devrait être le cas! Pourquoi? Et bien, tout est là: le talent, forcément, mais surtout, la spontanéité, la puissance, une classe toute naturelle, et la capacité (toujours rare) de voir les choses (et donc les spots) autrement. Et pour tout cela que je signerais cette déclaration d'amour toute platonique.

Benjamin Deberdt

Felipe alert!

Notre "Semaine Brésilienne" l'année passée vous avait sûrement mis dans l'idée que nous aimions le skate de là-bas dans toute sa diversité… Et rien n'a changé, on vous rassure! Par contre, on peut bien l'avouer, notre chouchou, c'est bien Felipe Oliveira! Soyons honnête. Et ce nouvel edit de Cons Brazil devrait vous mettre de notre côté sur ce point. Tout en confirmant que le skate pratiqué là-bas est plus que pluriel. Et que ce soit Kauê Cossa ou Victor Süssekind, vous ne serez pas déçus!

Pages

Live Skateboard MediaLive Skateboard Media

Patientez pour passer l'annonce...
Fermer